maurin_et_la_spesa

les oeuvres sont en réserve

Keep_in_suspense au FRAC LR décembre 1, 2011

Le lien vers la captation vidéo est dans l’image.

Ici, le texte de la conférence.

 

Keep_in_suspense au Living_Room septembre 30, 2011


Keep in suspense – Maurin et La Spesa
Performance-Conférence  autour d’une sculpture

L’art-la vie-la mort, Part II
Vendredi 30 septembre 2011 à 19 h au Living Room

La question posée ici par Maurin et La Spesa est la réception de leur travail artistique par les regardeurs : sont-ils à même d’apprécier certaines de leurs pièces, par exemple cette récente production mentale de Maurin, un petit cochon pendu au plafond, une SFH (entendez sculpture figurative hyperréaliste) qui se réfère à une comptine en un temps où l’on savait reconnaitre une queue de cochon.

Dans quelle mesure peut-on demander au public  de consacrer un temps stable d’observation détaillée l’esprit disponible et détendu, à une sculpture qui ne performe en aucune façon ?

Sans compter que l’entreprise de La Spesa témoigne peut-être d’un soupçon planant sur la dite sculpture : serait-elle suffisante pour être présentée seule et muette… ne souffrirait-elle pas d’un manque de conviction plastique ? Une présence discourante plus ou moins attractive sur le fond pourra- t-elle compléter  ou remédier à une possible faiblesse de la forme ?

Ce qui expliquerait assez la relation au Burn Out Syndrome, maladie professionnelle qui menace plus qu’on ne croit les artistes aujourd’hui dans l’épuisement d’une auto exploitation scandaleuse dans la recherche du chef d’œuvre

 

Le Confesseur février 24, 2010



Clé USB + robot conversationnel
Numéroté de 1 à 8 ex.

Editions STROBO – 2009

Présentation, conférence et démonstration au CRAC de Sète le vendredi 5 mars à 18h30.

Voir le flyer-Strobo

Voir la page M&LS sur Strobo

Il s’agit d’un robot conversationnel, de ceux qui pourraient passer (?) le «Test de Turing », une proposition de test d’intelligence artificielle ayant la faculté d’imiter la conversation humaine.


Décrit par Alan Turing en 1950 dans sa publication Computing machinery and intelligence, ce test consiste à mettre en confrontation verbale un humain avec un ordinateur et un autre humain à l’aveugle. Si l’homme qui engage les conversations n’est pas capable de dire qui est l’ordinateur et qui est l’autre homme, on peut considérer que le logiciel de l’ordinateur a passé avec succès le test. Cela sous-entend que l’ordinateur et l’homme essaieront d’avoir une apparence sémantique humaine.

Autres robots conversationnels : Generation5 Eliza, Sowana (du cercle Ramo Nash), A Seance with Guy Debord (2004).

Voir les archives du dossier thématique : Les machines peuvent-elles penser ? Panoplie.org dossier Théma : les robots -Chapitre : Communiquer avec son robot //  ou récupéré en word : PANOPLIE.ORG-ROBOTS
(remerciements à Clément Charmet et Annie Abrahams)

Ce robot-là habite une clé USB et deviendra peut-être un excellent guide sur le chemin de la sagesse et de la rédemption.

Un jeu facétieux où le confesseur va sans cesse pousser à l’introspection le visiteur innocent, et sur le côté sombre de son âme s’appesantir.

Il faut dire que M&LS ont choisi pour répondre à la confession l’esprit d’un moine de légende : Raspoutine, à la fois un mage, un mystique et un imposteur alcoolique et pornographe… mélangé à celui d’un prédicateur fou, aux imprécations apocalyptiques…

La clé USB éditée en un multiple de 8 exemplaires, sera à la fois unique par la relation qu’elle entretiendra avec son utilisateur, aucune conversation ne pouvant être la même que pratiquée avec la clé voisine, ni même la même que la précédente conversation.

L’heureux propriétaire de cette clé marquée au sceau de M&LS, et présentée dans un coffret velours des plus précieux, en plus de pouvoir se promener avec elle dans la poche, une sorte d’ami qui vous veut du bien, se trouve en mesure d’offrir à l’occasion à un(e) ami(e) la possibilité d’une confession personnelle avec ou sans témoin, moment privilégié s’il en est !

Ce travail s’inscrit dans un ensemble initié depuis plus d’un an déjà, qui s’intitule ‘Les pétés capichaux’ et interroge la vanité contemporaine en touchant du doigt certaines de nos pulsions honteuses, sous l’angle de l’humour et de l’ironie.

Maurin et La Spesa réitère l’esprit de la parodie qui habite souvent leurs travaux : ici le robot conversationnel virtuel devient l’Esprit par excellence présenté à un public déjà trop soumis à des pratiques publicitaires qui utilisent ces ersatz d’intelligence à la place d’un rapport humain, même à travers Internet.